Histoire d'un jardin éphémère-Bilan de résidence

J'avais choisi de travailler avec le vivant, à la recherche d'effets aléatoires, visuels, laissés dans l'argile. Je voulais explorer le processus germinatoire des semences dans l'argile. Au départ il n'y avait pas vraiment de pensée métaphorique même si j'étais totalement consciente que les gens percevraient rapidement cet aspect dans mon travail. Moi, ce que je cherchais, c'était des fissures provoquées naturellement par le vivant éphémère. J'étais dans une recherche visuelle. Je voulais observer et analyser l'effet du végétal sur le médium céramique. Mais à cela s'est greffé une conscience du vivant, un attachement, une intimité avec les végétaux. En cours de route, à un moment, j'ai pris conscience que je travaillais avec des êtres vivants, que je les sacrifiais volontairement. J'ai ressenti alors une responsabilité, une forme de culpabilité. Le sacrifice ne devait pas être vain, je devais témoigner avec honnêteté et conscience...

(la suite dans le Bilan de résidence)

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon